Premier roman de Melanie Rose, ancienne puéricultrice, paru en 2010 en Angleterre. 

J’ai craqué pour la couverture, une déco baroque comme je les aime…

La mémoire d'une autre

Une mystérieuse narratrice prend le volant en pleine tempête de neige, en compagnie de son chat, pour fuir une vie qui ne la satisfait plus. Mais tout à coup, sa voiture sort de la route. Elle parvient in extremis à s’extraire de la voiture et est recueillie par Vincent, qui vit dans un vieux cottage mitoyen. La narratrice est indemne mais souffre d’amnésie. Assistée d’un psychologue, elle entreprend une série de régressions hypnotiques afin de découvrir qui elle est… Or, c’est le passé d’une mystérieuse Kitty qui resurgit, une petite fille vivant à l’époque victorienne…

C’est un roman agréable à lire, au chaud sous la couette ! L’amnésie est un thème devenu classique mais on se laisse prendre au jeu. Il s’agit quasiment un huis-clos puisque les personnages sont isolés à cause de la tempête et privés d’électricité de surcroît, ce qui accentue la sensation d’étouffement. Les personnages sont authentiques, tantôt agaçants, tantôt attachants – la gouvernante névrosée, le couple âgé, la grand-mère et son penchant prononcé pour l’alcool. Il y a, qui plus est, un charme tout british à ce récit.  Cependant, j’ai trouvé le rythme un peu lent. Le roman aurait peut-être gagné en intensité en étant plus bref.  Au contraire, la fin est un peu brutale et inattendue.

Et pourtant, j’ai fini par m’attacher à l’atmosphère qui émane du récit et j’ai quitté Kigarjay à regret !

Première participation au challenge Mille bornes, qui me permet de parcourir 50 kilomètres (au lieu de 75 en raison d’un ralentissement !!)