Voilà qui me réconcilie avec Tatiana de Rosnay !

Je n’ai pas une passion pour les biographies habituellement. Ici, c’est différent. La narration au présent permet de vivre au jour le jour aux côtés de Daphné du Maurier. Les chapitres sont très courts et donnent un rythme dynamique à l’ensemble. Tatiana de Rosnay se glisse avec grâce dans les pensées de Daphné, de la petite fille solitaire, farouche, passionnée de théâtre qu’elle a été, à la femme déterminée et avide d’écriture qu’elle devint, quitte à délaisser en chemin mari et enfants.

Manderley for ever

Lorsqu’on lit la biographie d’un auteur, c’est la genèse d’une œuvre qui émerge lentement. Aussi est-il amusant de reconnaître – ou de tenter de reconnaître – les personnes ou les lieux qui ont pu inspirer tels personnages ou tel cadre. La description de l’intendante de Milton Hall, où la famille passait ses vacances, m’a bien sûr immédiatement évoqué l’inquiétante Mme Danvers de Rebecca, pour ne citer qu’elle.

 On sent les parfums de l’époque, on effleure les tissus, on vit au gré des passions de Daphné. Passion pour les lieux, passions amoureuses, passion de l’écriture évidemment. On respire dans les embruns, on admire la vue sur la mer, les côtés déchiquetées, on se promène aux côtés de Dahpné et de ses chiens. On partage sa vie retirée, loin du monde des lettres. Et cerise sur le gâteau, les deux feuillets de photos permettent de découvrir les différents lieux qui ont marqué la vie de l’auteure, vastes demeures british emblématiques d’un autre temps.

L’écriture semble être la catharsis de Daphné du Maurier, le support qui lui permit d’exprimer obsessions et fantasmes, le moyen aussi de ressusciter les personnes aimées et de leur donner une deuxième vie, une vie de papier. Les membres de sa famille, les relations, les lieux sont autant de « patères » qu’elle a pu sculpter dans ses romans pour surmonter ses propres inquiétudes.

C’est passionnant aussi de découvrir la réception de ses œuvres à l’époque, des best-sellers mondiaux comme des succès plus confidentiels.

Je quitte avec regret cette dame au tempérament bien trempé qui m’a accompagnée tout au long du mois de mai. Merci à Nath grâce à laquelle j’ai eu envie de lire ce livre pour accomplir mon premier voyage au cœur du challenge Daphné du Maurier !

Première participation également au tant attendu Mois anglais de Lou, Titine et Cryssilda !

Le mois anglais