"Ah ! Qu'il fait bon entendre conter des histoires de revenants, près du feu !"

Voilà un éditeur au titre poétique : Terre de brume. La collection "Petites histoires" est dédiée à l'imaginaire breton. En cette période d'Halloween, je ne pouvais manquer de le dépoussiérer pour me plonger avec délectation dans l'univers de la nuit et des créatures qui la peuplent, alliant ainsi le plaisir de frissonner à celui de retrouver une région que j'adore. 

petites-histoires-de

Il s'agit d'un court recueil rassemblant des extraits du folklore armoricain, d'Anatole Le Braz et de Paul Sébillot notamment, de la fin du XIXème au début du XXème siècle. 

Cette promenade au coeur des ténèbres bretonnes nous entraîne à travers les différentes manifestations du surnaturel : l'intersigne, ou signe précurseur de la mort, les revenants bien sûr - en particulier l'Ankou et les Lavandières de nuit -, mais aussi les âmes offensées qui viennent enseigner aux hommes qu'il ne fait pas bon se moquer des défunts. 

Il y a souvent une grande poésie dans toutes ces évocations qui content la crainte de l'au-delà, crainte d'un temps révolu où les événements étranges étaient parfois attribués à une force supérieure, dans une France au mode de vie encore ancestral. Des craintes qui paraissent bien naturelles à une époque où la nuit était vraiment noire et épaisse.

Les divers récits s'interrogent également sur la motivation des morts à revenir sur terre et livrent plusieurs explications. Une fois n'est pas coutume, Le vieux de Tourc'h s'avère un fantôme malicieux qui se plaît à taquiner les vivants. Sinon, l'atmosphère du recueil est plutôt inquiétante - ce qui était précisément ce que je recherchais.

p. 20 "Il semble d'ailleurs que les esprits de la nuit n'aiment pas à voir les hommes voyager ou travailler aux heures qui leur sont réservées."

p. 21 "Par une espèce d'accord tacite, il est entendu que la terre appartient, le jour, aux vivants, la nuit, aux morts."

p. 22 "Est sacrilège quiconque veille après minuit, surtout le samedi soir."

p. 56 "Les morts de la mer n'aiment pas qu'on ait l'air de les voir ou de les entendre."

Halloween