« Franchement, quoi de plus excitant que de s'occuper de deux cents animaux domestiques ? Qu'est-ce qui pourrait mal tourner dans ce projet ? »

On a acheté un zoo

 

Il s'agit du livre qui a inspiré il y a quelques années un joli film avec Matt Damon et Scarlett Johansson - joli mais moins réaliste que le témoignage. Depuis, j'hésitais à le lire, ayant eu quelques déconvenues avec des feel good ces derniers temps. Mais en fait, c'est une très bonne surprise !

Je reprends depuis le début... L'histoire de Benjamin Mee débute en France en 2004, alors qu'il vient de s'installer avec sa famille dans le Languedoc. Mais très vite, on diagnostique une tumeur au cerveau à sa femme Katherine. On pourrait basculer dans le mélodrame et le pathos, mais il n'en est rien. L'auteur parvient à nous raconter le combat de sa femme, et en parallèle les travaux qu'ils effectuent pour rénover une grange, avec humour et sensibilité, et une force de caractère peu commune.

Bientôt, la famille élargie de Benjamin en Angleterre saisit l'opportunité de racheter un zoo, de le remettre en état et de le rendre à nouveau rentable. Posséder en zoo en effet, ne consiste pas à se balader au milieu des animaux aux heures de fermeture, c'est aussi une pression intense qui impose de mesurer le ratio rendement/bien-être des animaux, de gérer des problèmes inattendus (comme un animal sauvage qui s'évade au milieu de la nuit !). En dépit des obstacles, outre la maladie de son épouse, l'état déplorable des lieux, Benjamin va tout mettre en œuvre pour réaliser son rêve...

J'ai adoré suivre pas à pas la remise sur pied de l'établissement, les mille et une questions qui se posent lorsqu'on mène ce type de projet (et auxquelles on ne pense pas forcément, quand, visiteur, on flâne dans un parc zoologique) : comment nourrir les carnassiers ? Que faire des carcasses après le repas des fauves ? Que faire si un jaguar s'échappe de son enclos ? Sans compter que Benjamin Mee et ses frères sœurs ne sont a priori pas préparés à une telle expérience. « Une bande d'amateurs comme nous peut-elle réellement acheter un zoo et le diriger ? »

 Une promenade dépaysante et revigorante, à la rencontre de Sovereign le jaguar fugueur, Ronnie le tapir, Fudge l'ourse, Salomon le lion africain, Vlad le tigre sibérien, Zak le vieux loup, Coco le caracara, pour ne citer qu'eux !

 ***

« Partout où nous braquions le faisceau des lampes torches, nous découvrions des yeux, de différentes tailles, qui nous fixaient en clignant. A cet instant, nous n'avions pas encore une idée bien précise de l'agencement du parc ; le mystère des animaux tapis dans l'ombre demeurait entier et ajoutait grandement à l'atmosphère. »

 « En résumé, serpents inclus, il me semblait qu'on ne pouvait pas trouver sur terre lieu plus approchant du jardin d'Eden. »

 « La montagne des tigres, qui devait son nom aux trois tigres sibériens qui rôdaient sur une éminence artificielle au centre du parc, était particulièrement impressionnante. »

 « Des paons déambulaient dans l'aire de pique-nique, d'où l'on apercevait une meute de loups rôdant dans un enclos boisé, derrière une clôture ; trois grands ours européens ont levé la tête pour nous regarder longer leur enclos forestier ; trois jaguars, deux pumas, un lynx, quelques flamants, des porcs-épics, des ratons laveurs et un tapir brésilien complétaient cet éclectique melting-pot. »

 « Il vous faut davantage de flamants. Les flamants roses sont très décoratifs, sur un fond d'arbres. »

« C'était l'un des moments les plus étranges de ma vie. Tout ce que je savais, c'était que l'un des fauves (un lion ? Un tigre?) se baladait dans le parc et pouvait surgir inopinément, telle une version plus impétueuse, et beaucoup moins drôle, du Tigrou de Winnie l'Ourson. »

« Et quelle incroyable initiation que de caresser un tel monstre de puissance, revêtu de ce manteau de beauté fallacieuse, dont les taches exotiques évoquaient une multitude d'yeux !»

« Mon taux d'adrénaline n'était pas près de baisser. De toute évidence, on ne s'ennuie jamais dans un zoo. »

« Un félin de 300 kilos, à trente centimètres de vous, qui essaie de faire ami-ami, c'est une expérience vraiment stimulante et unique en son genre. »

 « M. Porc-Epic : 1. M le directeur du zoo : 0. Respect. »

« Comment ne pas se demander de quel droit nous retenions en captivité un animal qui avait une telle soif de liberté ? »

 Afficher l'image d'origine