Un livre qui s'adresse à tout le monde et nous concerne tous : les profs bien sûr, mais aussi les anciens élèves que nous sommes tous et les parents d'élèves que nous sommes peut-être, et même ceux qui ne connaissent pas l'envers du décor...

 

Prof jusqu'au bout des ongles

Julie Van Rechem a un parcours fascinant. Au terme d'une première année d’enseignement difficile, elle demande une disponibilité et voyage en Asie. Enrichie d'expériences variées et stimulantes, elle retrouve un poste en France. Dans ce livre, elle nous raconte comment son voyage lui a permis de revenir vers le métier sereinement, forte de tout ce qu'elle a vu et fait ailleurs.

Avec beaucoup de courage, d'auto-critique et surtout d'humour, Julie Van Rechem inventorie les différentes facettes du métier : la gestion de classe, les corrections, la naissance de sa vocation, les trajets quotidiens dans les transports en commun, la « magie » de l'affectation, l'actualité qu'elle décrypte dans ses cours (une réflexion très intéressante notamment après les attentats de Charlie Hebdo)...

    J'ai aimé la passion qui émane de ces pages, passion toujours teintée de respect pour les élèves (ce n'est pas un recueil de « perles » des élèves, bien au contraire).

« Ma passion est de transmettre, et d'apprendre toujours plus pour transmettre mieux. Et rien ni personne ne peut m'empêcher de le faire.

Je suis prof jusqu'au bout des ongles. »

« Je suis une vraie prof dans l'âme. Je suis une transmetteuse. Mon blog, mes écrits, ma conversation, ma personnalité, tout le crie. »

 Il y a eu des moments où je me suis sentie très proche de l'auteure, par exemple :

- « Une classe est une chose mouvante, fluctuante, enthousiasmante, blessante, épuisante. »

- sur la progression annuelle : « D'abord, il faut disposer d'une vaste frise de papier de la taille de la tapisserie de Bayeux. »

- au sujet des corrections : "Corriger, c'est en une soirée s'adresser à des dizaines d'élèves sans les avoir face à soi.", "un mantra égréné d'une voix monocorde dont voici les mots exacts : « J'ai des copies à corriger »"

 Mais c'est loin d'être un florilège d'anecdotes, c'est une réflexion profonde sur l'enseignement, ses enjeux, ses combats quotidiens et ses moments de grâce, ces petits instants de bonheur pur où on a l'impression d'avoir été utile, même si c'est éphémère. Réflexion alimentée par une plume qui se fait tour à tour réaliste, humoristique, lyrique et même les trois à la fois...

 ***

Hors-contexte, juste pour le plaisir :

« Ce que je vais vous conter, c'est ce « et pourtant je suis prof ». Un plaisir et une jubilation quand je pénètre dans ma classe et revêts mon costume de prof, quand je jongle avec des copies, dompte des élèves et fais un tour de piste un feutre triomphant à la main. »

« Et dans chaque paquet, je retrouve deux ou trois copies sans nom. Malgré les menaces de ne pas noter, de ne pas compter la note, d'enlever des points, de brûler la copie dans un barbecue avec du camembert ou d'en faire un origami représentant un sanglier enragé – toutes choses qu'en réalité je ne suis pas censée faire. »

 « Parfois ce sera un marécage d'apathie, la léthargie du réveil ou de la pleine digestion, quand la classe est molle et lente, quand le bulot vous semble un monstre d'hyperactivité comparé aux élèves et que, pour contrer cette impression d'avoir à soulever votre propre poids en fonte avec la dernière phalange du petit doigt, il vous faudra manier bâton et carotte. » 

« Etre prof, c'est avoir en soi un peu de don Quichotte et de chevalier blanc à partir chaque jour à l'assaut d'une réalité complexe qu'il faut coûte que coûte améliorer en sachant qu'il n'y aura pas de succès franc à la fin de l'histoire. »

« J'avais perdu plusieurs élèves en route, le simple terme de « méthodologie » fait fuir l'élève aussi rapidement qu'une gousse d'ail un brahmane. »

« Etre prof présente, dans les aspects les plus concrets du métier, plusieurs facettes simultanées. »

« OUI, JE SUIS LE NICOLAS FLAMEL DE L'EDUCATION NATIONALE »

« Le stagiaire est un padawan, le néotitulaire un jedi junior. »

« Soyons honnêtes: même les profs, êtres de savoir et de lumière, ont des fantasmes. » Là je sens que j'ai piqué votre curiosité : mais je vais vous laisser sur votre faim, si vous voulez en savoir plus, il faudra lire le livre…

Pour découvrir l'auteure en images, c'est par ici ! Et son blog par