« L'Ecosse est un bon pays pour les mythes. Ils semblent y prendre racine. »

 

outlander,-tome-1---le-chardon-et-le-tartan-489528-250-400

 

Premier tome d'une longue saga de Diana Gabaldon, paru en 1991.

Claire Beauchamp, infirmière anglaise, passe quelques jours en Ecosse auprès de son mari historien, Frank Randall en 1945. Il s'agit pour eux d'une forme de lune de miel puisqu'ils ont été séparés par six années de guerre. Un jour, après avoir surpris une cérémonie rituelle dans le cercle du cromlech, Claire, qui est passionnée de botanique, retourne sur les lieux pour cueillir une plante. Mais lorsqu'elle effleure une des pierres, l'impensable se produit. Claire se réveille en 1743, seule au milieu de la forêt, à la merci de personnages peu recommandables. Comprenant peu à peu qu'elle a voyagé dans le temps malgré elle, elle va devoir s'adapter en attendant de trouver le moyen de rentrer chez elle. D'abord désorientée, ses solides connaissances en botanique lui permettent de se faire une place au château de Leoch. Et elle se rend vite indispensable, notamment en soignant le jeune Jamie, qui pourrait infléchir sa destinée...

Ce premier tome est très long (13 heures de lecture sur ma liseuse) mais les pages se tournent toutes seules, ou du moins virtuellement mais rapidement sur mon appareil. On n'a pas le temps de s'ennuyer de par la variété des situations rencontrées par l'héroïne. Et le récit ne serait pas ce qu'il est sans un authentique méchant et fier de l'être, « Black Jack » Randall, l'ancêtre cruel et malfaisant de Frank.

 Ce qui m'a d'emblée convaincue, c'est le cocktail humour-dimension historique. La liberté de ton de Claire est plaisante et rend légère une lecture qui pourrait être assez sombre, vu le contexte historique et la mauvaise posture dans laquelle elle se trouve. Elle fait preuve d'autodérision et commente souvent l'action de manière burlesque. « J'imaginais les braves ménagères du Mégalithique se promenant entre les menhirs, panier sous le bras, examinant d'un œil critique le vernis du dernier arrivage de poteries en argile rouge et écoutant d'une oreille sceptique les harangues des boulangers de l'âge de pierre, des marchands de pelles en os et des représentants en perles d'ambre. »

Ce qui n'empêche pas le récit de prendre une tournure poétique par moments, la poésie du terroir et de la vie ancienne : « Je respirais avec plaisir les fortes senteurs des Highlands, un mélange de bruyère, de sauge et de genêt, épicée çà et là d'une odeur de feu de bois et l'inévitable fumet de hareng frit. »

 C'est un roman passionnant, solidement documenté (sur les conditions de vie au XVIIIème siècle, les plantes, l'histoire de l'Ecosse et notamment la cause jacobite), dont l'intrigue est semée de rebondissements et de renversements de situation. Les personnages principaux, Claire et Jamie, ont tous deux un caractère bien trempés et ombrageux. Et si au départ Jamie paraît un peu lisse et trop parfait, il finit par se révéler plus complexe. Leur relation prend donc une tournure plus profonde et plus riche.

Ma seule réserve finalement, concerne les scènes d'amour qui sont racontées avec un luxe de détails qui pour moi n'apportent rien au récit. Idem pour les scènes de violence. Si j'ai envie de connaître la suite de l'histoire, je fais malgré tout une pause...

Ci-dessous le magnifique générique de la série...

 Première participation au challenge Ecosse  proposé par Gilwen sur Livraddict !

 

Challenge Ecosse 02