« Et qu'est-ce qu'elle fichait, elle, Agatha Raisin, femme d'affaires brillante, dans un presbytère de province, à manger du cake en s'ennuyant à mort ? » p. 225

 

La quiche fatale

Un beau jour, Agatha Raisin décide de prendre sa retraite anticipée. Alors qu'elle dirigeait d'une main de fer une agence de relations publiques à Londres, elle part s'installer dans un cottage des Cotswolds, dans les Midlands. Déterminée à s'intégrer à la vie du village – mais à sa manière -, elle s'inscrit à un concours de cuisine, elle, la « reine du micro-ondes » ! En jouant bien sûr avec ses propres règles, c'est-à-dire en apportant tout simplement une quiche achetée chez le traiteur… Mais la supercherie est révélée lorsque le juge, Mr. Cummings-Browne, est retrouvé mort chez lui, après avoir ingurgité une part de ladite quiche… Agatha, qui s'ennuie déjà, veut absolument voir dans ce décès un meurtre et résoudre l'énigme…

 Voilà un roman qui saura séduire tous ceux qui, comme moi, aiment les univers "british". 

La quiche fatale est le premier tome d'une longue série de romans aux titres humoristiques, publiés depuis 1992 en VO.

D'ailleurs, de nombreux traits d'humour traversent le récit, que ce soit sur les mœurs villageoises ou le caractère revêche et indépendant de la protagoniste. Car oui, si on l'avait comme voisine, on l'éviterait comme la peste, mais la voir se démener, avec son caractère impossible, son franc-parler voire son impolitesse, c'est vraiment jubilatoire dans un roman !

On a l'impression de déambuler dans les rues de Carsely et de faire connaissance avec ses habitants, charmants ou antipathiques. Et mine de rien, on visite les Cotswolds : le château de Warwick, Bourton-on-the Water...

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Mais ce n'est pas seulement amusant. Il y a un vrai suspense, subtilement dosé. Et pas de temps mort. La mise en abîme qui nous montre Agatha… en train de lire Agatha Christie et en particulier les Miss Marple est du plus bel effet.

Qui a envie de partir en vacances dans le cottage Raisin ? Moi en tout cas, j'embarque pour le second tome, Remède de cheval ! J'attends avec impatience de voir comment les relations d'Agatha vont évoluer avec le jeune inspecteur Bill Wong et le nouveau voisin...

 ***

p. 79 « Elle avait besoin d'un but dans la vie, d'un objectif, se dit-elle. Ne serait-ce pas merveilleux s'il s'avérait que Cummings-Browne avait bel et bien été assassiné ? »

p. 174 « D'immenses guirlandes de glycine festonnaient les portes des cottages, les fleurs d'aubépines tombaient en pluies neigeuses sur le bord des routes, la pierre dorée des maisons flamboyait sous la chaleur du soleil ; Londres paraissait très, très loin. »

p. 63 « Nous venons vous poser des questions sur votre quiche, Madame Raisin, annonça Wilkes. »

 p. 81 « Personne ne prononça le mot « quiche », ni rien d'affreux dans ce goût-là. »

 p. 90 « Ils t'appellent la Borgia des Cotswolds ? »

***

Merci Nath, pour cette découverte !

Enregistrer