Remède de cheval

 

Nous voilà de retour à Carsely où Agatha, jeune retraitée des relations publiques, s'ennuie déjà après la résolution d'un meurtre dans le premier tome. Heureusement, l'arrivée d'un séduisant vétérinaire va relancer l'intérêt d'Agatha pour le village, d'autant plus lorsque celui-ci est retrouvé mort dans l'écurie de lord Pendlebury. Accompagnée de son charmant voisin James Lacey, Agatha commence à mener l'enquête, persuadée une nouvelle fois qu'il s'agit d'un crime. Quoique poussés par des motivations différentes – James, face à l'angoisse de la page blanche, cherche n'importe quel prétexte pour différer son projet d'écriture d'une histoire militaire ; Agatha, quant à elle, l'embarque dans cette histoire avec la vague intention de lui mettre le grappin dessus – ils vont constituer un duo de choc…

 

Quel plaisir de retrouver Agatha ! Désormais, elle fait partie de mes amies intimes, au même titre qu'Isabel Dalhousie, même si c'est pour des raisons bien différentes. Autant Isabel est raffinée et cultivée, autant Agatha est rustre et égocentrique. Mais c'est bien ce qui m'amuse. Elle ne s'en laisse pas conter et n'hésite pas à écraser les autres pour parvenir à ses fins. Dans ce nouvel opus, comme elle a décidé de s'attaquer à la gent masculine, elle me fait penser à une Bridget Jones qui serait devenue amère et grincheuse… et pas très douée pour séduire ! Elle accumule les bourdes et se couvre de ridicule, pour notre plus grand plaisir ! Aux côtés du flegmatique James, Agatha fait figure de brute épaisse. Et c'est sans compter ses rivales, les autres célibataires de Carsely qui se pâment devant James. Saura—t-elle malgré tout conquérir le cœur de ce solitaire ?