Angleterre, 1970. Tina quitte son mari alcoolique et notoirement violemment. Un jour, elle découvre dans un costume donné à la boutique caritative pour laquelle elle travaille une lettre datée de 1940. Son auteur, Billy, demande à une certaine Chrissie, qui attend leur bébé, de bien vouloir l'épouser. Mais la lettre n'a jamais été postée, encore moins lue par sa destinataire. Tina se met alors en tête de retrouver les protagonistes de cette histoire pour que le message soit enfin délivré. Puis lorsqu'elle découvre qu'elle est elle-même enceinte, Tina prend une décision surprenante...

Il était une lettre

C'est une histoire romanesque comme je les aime, avec des lettres perdues, des chassés-croisés, des non-dits, des séparations… L'intrigue est bien construite, tout s'imbrique parfaitement - même si certaines péripéties sont très prévisibles. La découverte de cette lettre jamais postée va en effet changer plusieurs vies, y compris celle de Tina qui n'a pourtant rien à voir avec Billy. Malgré tout, je n'ai pas accroché au style. C'est bien écrit, ou du moins la traduction est bonne, mais c'est assez linéaire, sans relief. Les dialogues en eux-mêmes sont assez ternes et il y a quelques redites.

De même, la psychologie est un peu survolée. Si on arrive à comprendre les agissements des différents personnages, leurs contradictions (notamment celles de Tina), leurs souffrances, l'expression des émotions est à mon goût un peu superficielle, ce qui nuit à la dramatisation d'événements pourtant douloureux. Le parallèle évident par exemple, qui se tisse entre Tina et Chrissie (qui d'ailleurs portent toutes deux le même prénom, ce qui va jouer des tours à Tina) n'est pas vraiment exploité, il est tout juste évoqué à la fin, alors que ce qui les réunit, c'est précisément leur grossesse et la manière dont elles sont traitées par des être grossiers qui ne font pas honneur à la gent masculine, chacun dans un genre différent.

Bref, je mentirais en disant que je n'ai pas pris plaisir à lire ce roman, il m'a bien changé les idées et j'avais hâte de percer le mystère, mais je pense qu'en creusant un peu, il aurait pu être plus émouvant… Un bon moment de lecture certes, mais qui s'estompe déjà...

Mois anglais - Sport.png

Chez Lou et Cryssilda