Velvet Groves, alias Kitty Marley, traîne un lourd fardeau familial. Obligée de gagner sa vie alors qu'elle est toute jeune, elle travaille dur dans une blanchisserie londonienne. Un beau jour, elle engagée par Madame Savoya qui, très satisfaite du soin avec lequel Velvet a entretenu son linge, souhaite faire d'elle sa dame de compagnie. Mais Madame Savoya est en réalité une spirite, qui saura se montrer généreuse et encourageante, mais aussi à l'occasion, exigeante. Une nouvelle vie commence pour Velvet, mais pas forcément plus simple... 

Velvet

 

Ce roman pour la jeunesse m'a beaucoup plu, et c'est assez rare ! Le début du récit avec l'évocation des difficiles conditions de travail à la blanchisserie m'a passionnée. Le traitement du linge est évoqué avec minutie : les produits utilisés, les techniques, les écueils et les risques qui guettent les jeunes filles qui abîmeraient malencontreusement le vêtement d'une noble dame. Les tissus eux-mêmes et les détails vestimentaires sont décrits avec soin.

Un autre sujet qui m'intéresse : le spiritisme de l'ère victorienne. Non pas que je sorte ma planche oui-ja du placard tous les samedis soirs, mais j'aime bien les histoires paranormales, ou qui baignent dans une atmosphère paranormale. A cette époque-là, les cabinets fleurissaient, rivalisant d'ingéniosité pour attirer les clients : communiquer avec les défunts bien sûr, répandre une pluie de pétales sur l'assemblée et comble du comble, faire apparaître des ectoplasmes. On croise même Conan Doyle à une de ces soirées en vogue.

Et bien sûr, j'ai aimé me promener dans les rues de Londres, des quartiers industrieux aux belles artères où les mediums ont pignon sur rue, m'écartant au passage des fiacres et admirant la Villa Darkling de Madame à Regent Park !

Cependant, malgré le soin apporté au contexte historique, on peut regretter, comme dans Waterloo Necropolis, que l'intrigue soit assez transparente, même pour de jeunes lecteurs. Mais c'est le seul bémol... 

Mois anglais - Sport.png

Chez Lou et Cryssilda