L'oiseau de mauvais augure

Je poursuis avec plaisir la lecture de cette saga ; il s'agit du quatrième tome de la série Erica Falck et Patrik Hedström. 

Patrik accueille une nouvelle recrue au poste, Hannah. Ensemble, ils sont envoyés sur les lieux d'un accident. Une commerçante de Tanumshede, âgée d'une quarantaine d'année, a trouvé la mort en percutant un arbre. Fait curieux, son alcoolémie se révèle très élevée alors qu'elle ne buvait pas une goutte d'alcool au dire de ses proches. Patrik a donc l'intuition qu'il ne s'agit pas d'un simple accident.

Pendant ce temps, la ville s'apprête à recevoir une équipe de tournage pour une émission de téléréalité. Là non plus, les choses ne vont pas se dérouler comme prévu.

Parallèlement, le lecteur découvre le quotidien lointain d'un petit garçon qui semble vivre retranché du monde avec sa sœur et sa maman. On le surnomme l'oiseau de mauvais augure…

 Paru en 2006, ce roman se fait l'écho de ce qui était relativement nouveau à l'époque, la téléréalité, un genre que nous découvrions quelques années plus tôt en France. Même si je me suis complètement détachée de ce type d'émission, je reconnais qu'à l'époque, c'était assez fascinant de penser qu'il suffisait d'allumer sa télé pour voir des gens évoluer sous nos yeux presque vingt-quatre heures sur vingt-quatre. C'est donc intéressant de retrouver ce concept transposé dans un roman et de s'apercevoir que le fonctionnement de l'émission est le même à l'autre bout de l'Europe. D'ailleurs, on sent l'auteure assez critique vis-à-vis de l'émission et surtout, de la motivation et de l'éthique de certains participants comme des producteurs. En tout cas, l'univers de cette série suit de près l'évolution du monde contemporain et c'est assez plaisant.

Curieusement, en dépit des événements tragiques qui se multiplient, il émane une chaleur agréable de ce tome, liée à la réconciliation des deux sœurs et à la préparation du mariage d'Erica. Alors que la situation d'Anna était particulièrement horrible dans les premiers tomes, celle-ci parvient enfin à retrouver la sérénité et l'atmosphère du roman se fait plus légère, même si le crime reste toujours présent.

L'épilogue, quant à lui, nous promet de retrouver – enfin – Erica sur le devant de la scène. S'interrogeant depuis longtemps sur la froideur de sa mère, elle décide d'en savoir plus en fouillant dans le grenier de la maison familiale – où elle vit. Elle fait alors une découverte qui va être exploitée dans le tome 5 (qui se trouve déjà sur ma table de nuit…) et qui promet de lier histoire familiale et histoire tout court.

 ***

Une pensée pour Nath, avec qui je partage habituellement la lecture de cette série. Mille excuses, je n'ai pas pu résister à l'envie de poursuivre !!