Stephanie Barron est l'auteure d'une série dont Jane Austen est l'héroïne. Se fondant sur l'étude de la biographie de la célèbre romancière, elle s'appuie sur la correspondance de celle-ci pour étayer ses propos, que ce soit sur le plan historique ou sur un plan plus personnel.

Jane austen et le révérend

Des notes de bas de page viennent donc régulièrement s'inscrire en contrepoint du récit pour apporter des précisions sur le contexte ou des éléments supplémentaires sur la biographie de la romancière. Mais aussi, petite astuce qui rappelle un certain nombre de récits du XIXème siècle, Stephanie Barron affirme avoir retrouvé dans un manoir des manuscrits de la main de Jane Austen, parmi lesquels figure un journal, reproduit dans les pages de ce livre...

Nath m'a offert les deux premiers tomes de cette série mais allez savoir pourquoi, j'ai commencé par le deuxième ! Ceci dit, ça n'est pas du tout gênant parce que, même s'il y a des références à l'enquête du premier tome, chaque livre constitue une histoire indépendante.

Jane et sa famille vont passer le début de l'automne à Lyme, petite ville portuaire du Dorset qui est aussi le cadre de Persuasion. Un accident les conduit à faire la rencontre d'un mystérieux jeune homme, Mr Sidmouth, maître de High Down Grange, qui n'est pas sans rappeler Mr Darcy par certains côtés. Au fil des jours, Jane fera d'autres rencontres plus ou moins plaisantes. Mais l'événement qui déclenche véritablement l'histoire est la découverte du cadavre d'un pêcheur, sur le port, victime supposée du sinistre contrebandier surnommé le « Révérend ».

Même si le meurtre est commis assez tôt dans l'intrigue, il faut attendre d'être à mi-parcours pour que Jane Austen se mette véritablement à enquêter. Mais ce n'est pas gênant car le plaisir est ailleurs : il faut se laisser bercer par l'évocation du quotidien de Jane Austen et profiter de l'occasion pour en apprendre plus sur ses relations avec les autres membres de sa famille. Sa complicité avec sa sœur Cassandra, par exemple, rappelle celle de Marianne et Elinor dans Raison et Sentiments. La traduction élégante donne l'illusion de lire le journal de Jane Austen et de partager ses pensées. La deuxième partie du roman offre une accélération de l'action et, cerise sur le gâteau, quelques belles frayeurs nocturnes sur la côte déchiquetée qui m'ont rappelé L'auberge de la Jamaïque de Daphné du Maurier...

Jane Austen et le Révérend est une fiction historique plaisante, qui permet de retrouver dans une certaine mesure l'atmosphère des romans, meurtres en plus !

***

« Il est étrange de constater comme par un beau soleil ces mêmes cris vous mettent de bonne humeur ; tandis que sous un ciel bas, les mouettes semblent être les âmes des disparus, revenus hanter ceux qui vivent là où la terre s'arrête et où la mer rencontre le ciel infini. » (p. 191)