Suite des aventures du couple formé de Claire Beauchamp, infirmière du XXème siècle et de Jamie Fraser, Highlander du XVIIIème siècle...

1746, la bataille de Culloden se termine dans un bain de sang pour les jacobites.

1968. Claire mène des recherches afin de savoir où et comment Jamie a trouvé la mort.

Outlander tome 3

Comment parler du tome 3 sans spoiler les volumes précédents ? Disons pour faire court que le lecteur voyage alternativement du XXème au XVIIIème siècle, de la maison douillette de Roger Wakefield à Lallybroch Tuarach en passant par la lande, la prison et les Antilles... Sorcellerie, tempête, pirates composent le menu de ce tome un peu étrange, qui donne malgré tout envie de découvrir la suite.

J'ai beaucoup aimé la chasse au trésor dans les archives locales en quête d'informations sur Jamie ; les flash-black consacrés à Claire, nous dévoilant un quotidien terne auprès d'un mari qu'elle n'aime plus, permettent de mesurer son désarroi. J'ai moins apprécié en revanche, certaines longueurs (la vie sur la lande ; la prison et la nouvelle vie en Angleterre) ainsi que l'élément déclencheur du voyage qui m'a semblé un peu hasardeux.

Cependant, la curiosité a été la plus forte : vingt ans se sont écoulés. On ignore si Claire et Jamie parviendront à se retrouver, s'ils pourront renouer... Je me suis donc accrochée malgré mes déconvenues et je ne le regrette pas.

Ce que j'aime particulièrement, c'est la richesse de l'intrigue de cette saga ; on sait que tous les personnages rencontrés vont jouer un rôle plus ou moins important de la même façon que toutes les anecdotes rapportées ont un sens, même si on ne le perçoit pas immédiatement. D'ailleurs, le jugement que porte Jamie sur l’œuvre du romancier Richardson correspond tout à fait à l'esprit d'Outlander : « Chacun de ses personnages est décrit avec le plus grand soin et tous les incidents qu'il nous narre sont essentiels à la trame du récit. Non, je crois plutôt que certaines histoires sont plus longues à raconter que d'autres. » (p. 207).

Même si j'ai été un peu décontenancée par la tournure des événements dans la dernière partie du roman, j'ai fini par apprécier le récit de la traversée qui est, comme toujours, solidement documenté – comme l'attestent les remerciements en fin de volume -, ce qui fait qu'on finit par se laisser convaincre. Cet épisode est l'occasion de découvrir les conditions de navigation au XVIIIème siècle, les maladies qui guettaient les marins sans parler des dangers. Le point d'orgue de cette dernière partie pour moi est le retour d'un personnage que l'on aurait pu croire disparu. D'ailleurs, il reste d'autres zones d'ombres qui ne demandent qu'à être révélées dans les tomes suivants...

Et vous, si vous lisez cette série, êtes-vous décidées à poursuivre ?

***

 

***

p. 910 « Lorsque tout le monde peut le faire, déclara-t-elle, c'est de la science. Mais si ce n'est à la portée que de quelques-uns, alors c'est de la sorcellerie, ou de la superstition, appelle ça comme tu voudras. »