Tannie Maria est chroniqueuse culinaire dans le Klein Karoo, en Afrique du Sud. Ses mésaventures avec un meurtrier dans le premier tome lui ont permis de rencontrer l'inspecteur Henk Kannemeyer qui est devenu son amoureux. Mais les choses ne sont pas si simples... Non seulement Maria a été traumatisée par la violence de son ex-mari mais en plus, le meurtre d'un chef Bushman vient encore compliquer une relation déjà fragile...

Vengeance sauce piquante

En juillet dernier, j'ai savouré le premier tome de cette saga, Recettes d'amour et de meurtre, sur le doux sable chaud des plages landaises. Quand il s'agit de cuisine, je suis toujours partante ! Et on ne peut pas être déçue de ce point de vue car Maria cuisine énormément. Sa psychologue lui reproche d'ailleurs de « manger » ses émotions et lui impose un régime... que Maria se refuse à suivre, pour le plus grand plaisir de nos papilles. Il y a un toujours un bon petit plat qui mijote ou un gâteau qui parfume l'atmosphère et panse les petits bobos du quotidien. Si vous êtes gourmands comme moi, vous pourrez retrouver un certain nombre de recettes en fin de volume...

J'aime beaucoup le personnage de Maria ; ce deuxième tome est l'occasion d'en apprendre plus sur son vécu traumatique avec son défunt mari. Elle est très attachante et nous partageons certains points communs... dont notre amour pour nos poules ! « En le voyant partir, j'ai pris conscience qu'il comptait plus pour moi que mes poules. Beaucoup plus. Même si j'aime vraiment mes cocottes. » (p. 18)

Si on s'arrêtait là, ce roman ressemblerait à une chick-lit sympathique mais sans plus ; or, même si le récit se focalise sur le personnage de Maria et son quotidien, le cadre est presque un personnage à part entière. On vit au rythme de la nature du Klein Karoo : « Les grenouilles et les crapauds s'égosillaient comme un groupe de marimba sous-marin. Il y a une chute d'eau près des Swartberge, les montagnes noires derrière chez moi, et un ruisseau avec de petites mares où les grenouilles adorent chanter la sérénade » (p. 11).

De plus, chaque enquête met en lumière un phénomène d'actualité en Afrique du Sud : dans le premier tome, c'était l'usage de substances dangereuses dans le sol ; ici, c'est la lutte des Bushmen pour préserver le peu de terres qu'il leur reste.

Pour moi, c'est donc un mariage très réussi entre intimisme, gastronomie et mystère, même si la part dévolue à l'enquête est assez réduite, ce qui n'est pas pour me déplaire !

C'est décidé, Tannie Maria fait désormais partie de mes amies intimes, aux côtés d'Isabel Dalhousie, Mma Ramotswe et Claire Fraser !

 

p. 8 « La plupart des oiseaux n'ont qu'un tube en réserve, mais cette pie avait de quoi enregistrer un double album. »

 p. 39 « Quand j'ai le coeur gros, la salade de pommes de terre – à la crème et à la menthe – est d'un grand secours. »

 p. 45 « Les vygies étaient couvertes de gousses séchées, mais de temps à autre, on trouvait au sol de petites fleurs qui avaient sorti la tête après l'averse : une orchidée parme, une petite touffe de violettes du Karoo. »

 p. 137 « La peau n'est que la couche extérieure. Vos cœurs sont de la même couleur. »

 p. 252 « Une vieille recette, c'est comme une formule magique. Il y a autant de fantômes et de souvenirs que d'ingrédients dedans. »

 La tourterelle maillée et l'engoulevement musicien qui accompagnent le petit-déjeuner de Maria :

Tourterelle maillée Image associée

Participation au challenge des douze thèmes : la cuisine, chez A little-bit-dramatic

Challenge des douze thèmes