« Ses sens étaient maintenant submergés par la couleur des kameezes, les froufrous du tissu et les crayons qui tapotent, l'odeur de parfum et de curcuma mêlés » (p. 24)

le-club-des-veuves-qui-aimaient-la-litterature-erotique

Nikki est une jeune femme britannique sikhe qui s'est opposée à sa famille en arrêtant ses études de droit et en quittant le domicile familial. Elle travaille désormais dans un bar avant de trouver sa voie. Le jour où elle va déposer une petite annonce pour sa sœur Mindi, au Gurdwara de Londres, elle découvre elle-même une offre de recrutement. Il s'agit de donner des cours d'écriture à un groupe de veuves. D'abord tentée par l'aventure, Nikki est très vite refroidie lorsqu'elle comprend que ses élèves ne maîtrisent pas l'anglais et qu'en fait d'écriture créative, il s'agit de leur apprendre à lire. Mais très vite, les dames se lassent de l'apprentissage de la langue et proposent d'imaginer des histoires, qui seront enregistrées puis transcrites : des histoires érotiques qui leur permettront de faire revivre de bons souvenirs ou au contraire, de vivre par procuration ce qu'elles n'ont jamais connu...

Sous une couverture acidulée et un titre volontairement provocant se cache en fait un tableau de la condition féminine actuelle de la communauté sikhe. On voit les générations se heurter, les anciens préférant que leurs filles consentent à un mariage arrangé. D'autres jeunes filles au contraire, adoptent un mode de vie occidentalisé. C'est le cas de Nikki, qui refuse que l'on intervienne dans ses affaires de cœur et qui entend faire ses propres choix. Sa sœur aînée, quant à elle, tente de concilier tradition et modernité : infirmière, elle compte bien continuer à travailler une fois mariée. Mais elle souhaite aussi faire un mariage arrangé avec un jeune homme qui aurait les mêmes convictions et plairait à sa famille. Parmi les veuves, on retrouve la même diversité de caractères et de sentiments. Cerise sur le gâteau, les récits imaginés par les veuves émaillent le récit de fantaisie ; et on se prend d'amitié pour ces femmes qui se sentent enfin autorisées à rêver, voire à vivre selon leurs souhaits.

Mais au sein de la communauté, les « Frères » veillent à ce que les femmes se comportent de manière décente – selon leurs propres critères. L'existence du club est donc menacée dès sa naissance. Nikki s'intéresse également au destin de Maya, la fille de l'autoritaire Kulwinder, qui a engagé Nikki. Maya s'est en effet suicidée peu après son mariage. Nikki ne tarde pas à comprendre qu'il y a anguille sous roche et tente d'en savoir plus, quitte à se mettre en danger.

Une touche de mystère, un soupçon de romance, deux points de vue antithétiques – celui de Nikki et celui de Kulwinder –, une galerie de personnages variés et un cadre que je rencontre – à tort – assez peu dans mes lectures : coup de cœur inattendu pour ce roman que j'ai acheté sans trop savoir à quoi m'attendre.