L'histoire débute en 1920, lorsque la jeune Frances, âgée de 18 ans, reçoit un journal en cadeau. Elle décide d'y écrire quotidiennement en dépoussiérant la vieille machine à écrire de son père. Sa mère étant veuve, Frances décide de ne pas aller à l'université afin de réduire leurs frais. Son diplôme d'études secondaires en poche, elle commence à travailler et suit les cours du soir pour devenir infirmière. Mais quand un incident avec un homme plus âgé met en jeu sa réputation, la mère de Frances décide finalement de l'envoyer à l'université de Vassar, dans l'Etat de New York, en cours d'année. La jeune fille découvre alors la vie estudiantine ; ses compétences et ses affinités la mèneront ensuite à New York et à Paris.

 

20190911_095351

Le Journal de Frankie Pratt est un roman graphique très original, composé de pièces d'époque collectées par l'auteure : tickets de cinéma, images publicitaires, cartes postales anciennes, photographies en noir et blanc... Les amatrices de vintage – comme moi – ont de quoi être comblées. L'ensemble est très esthétique et recherché. Au milieu des images s'insèrent les textes de Frankie tapés à la machine. Mais ce patchwork d'images contribue aussi à créer un effet patchwork en ce qui concerne l'intrigue : les événements s'enchaînent sans lien apparent, les textes étant très courts, parfois trop, au profit de l'image, ce qui fait que l'expression des sentiments est réduite à l'essentiel. Il m'a a fallu un petit temps d'adaptation avant de me plonger vraiment dans les aventures de la jeune Américaine. Mais après avoir pris mon rythme de croisière, j'ai pris plaisir à tourner les pages et à admirer la variété des images et des supports. Et surtout, derrière la légèreté apparente du personnage se trace le tableau de la condition féminine aux Etats-Unis dans les années 20. Les jeunes femmes qui faisaient des études – ici, dans une université féminine d'ailleurs -, avaient ensuite deux possibilités : devenir dactylo ou se marier. Frankie va réussir à suivre son propre chemin en dépit des obstacles.

Caroline Preston a publié un autre roman graphique en 2017, pas encore traduit en français : The War Bride's Scrapbook.

***

Le mois américain bat son plein chez Titine !

america