Les cuisines du Grand Midwest est le premier roman de J. Ryan Stradal, scénariste et auteur de nouvelles.

Les cuisines du Grand Midwest

Le roman retrace de manière originale la naissance de la vocation puis la carrière d'Eva Thorvald, chef gastronomique. Le premier chapitre est consacré, de manière assez classique, à la rencontre de ses parents puis à l'arrivée du bébé. Le père d'Eva, Lars, est lui-même passionné de cuisine. Les chapitres suivants vont nous dérouler le parcours d'Eva mais en creux, c'est-à-dire qu'elle ne sera pas le personnage principal ; le point de vue sera celui d'un autre personnage qui va la côtoyer d'une manière ou d'une l'autre, de près ou de loin, et l'admirer ou la jalouser.

Ainsi, dans « Piment habanero chocolat », on découvre une Eva au seuil de l'adolescence, déjà férue de piment et d'aromates qu'elle fait pousser dans sa chambre et qu'elle fournit même aux restaurateurs de la ville. Dans « Gelée de poivron », les talents culinaires d'Eva vont être exploités par sa cousine. Ensuite, les personnages n'appartiennent plus au cercle familial d'Eva mais nous permettent de suivre sa carrière, de près ou de loin. Finalement, chaque chapitre est construit comme une nouvelle à part entière, dont le protagoniste est un individu que l'on ne retrouve pas systématiquement dans la suite du récit et c'est la plus grande originalité du roman.

La cuisine est bien sûr toujours présente et permet de rencontrer une grande variété de personnages et de situations: : un lycéen amoureux transi insensible à la gastronomie ; Octavia, une passionnée de cuisine insatisfaite et jalouse ; un chasseur qui prend soin de sa mère en fin de vie ; une mère au foyer membre de l'église luthérienne spécialisée dans la confection de barres au caramel, une œnologue divorcée... Le cadre, les plaines du Midwest américain, m'a évidemment fait penser à un de mes films préférés, Sur la route de Madison, qui se passe dans l'Iowa. On est dans l'Amérique profonde et non dans les grandes métropoles des séries américaines. D'ailleurs, tout est raconté dans un style (ou une traduction ?) sobre, avec des dialogues qui sonnent vrai, sans fioritures.

Résultat de recherche d'images pour "sur la route de madison"

Et surtout, ce que je retiendrai de ce roman, c'est l'idée de faire la salade Caesar originelle : suivez le lien pour découvrir la recette de Caesar Cardini mise au point en 1920 : sans poulet ! Je ne m'en lasse pas...

Un roman intéressant et dépaysant que j'ai découvert chez Fondant Grignote lors du mois américain.

  ***

pp. 329-330 « Des roulés Résurrection ?

- Oui. Vous mettez des marshmallows dans du beurre fondu et vous les roulez dans du sucre à la cannelle. Puis vous les enveloppez dans une pâte en forme de croissant, et vous les mettez au four pendant douze minutes. Et ensuite, c'est très important, pendant qu'ils cuisent, vous lisez Jean, chapitre 20, versets 1 à 18. »